• b-cbd-11c.png

Après deux semaines de débats intenses au Sénat sur la loi agricole, issue des états généraux de l’alimentation, la Haute-assemblée a livré son verdict final en approuvant sans surprise le texte remanié par la majorité sénatoriale. Les conditions d’examen de ce texte, soumis à un calendrier anormalement resserré, de même que sa tonalité finale, marquée par de nombreux reculs et d’insuffisantes garanties laissent pour le socialiste que je suis, défenseur des agriculteurs, un goût indéniablement amer. Après les ambitions affichées, quelle occasion manquée !

Projet de loi Egalim: le sénateur défend un amendement en faveur des agriculteurs au sujet des clauses contractuelles
[video style="light" poster="/ http://videos.senat.fr/senat/2018/06/encoder1_20180627204705_1_4976910_5099421.mp4 " height="780" autoplay="yes" volume="66"]

Lundi 18 juin, le texte transposant la directive sur le « secret des affaires » a été adopté en commission mixte paritaire. Opposé au texte lors de sa lecture au Sénat en raison des dangers qu’il représente pour les libertés publiques, notre groupe s’y est légitimement opposé, ce dont je suis pleinement solidaire.

Rendez-vous était pris salle Jacques Brel à Lalinde ce lundi 18 juin avec ma suppléante Annick Carot dans le cadre des rencontres intercommunales que j’organise régulièrement avec les élus depuis le début de mon mandat. A mes côtés, se trouvaient à la tribune les conseillers départementaux Marylise Marsat et Serge Mérillou, le Conseiller régional Christophe Cathus ainsi que le maire de Lalinde Christian Bourrier.

Alors que l’examen en séance du projet de loi du gouvernement pour un nouveau pacte ferroviaire s’est achevé dans la nuit vendredi 1er juin, la majorité du Sénat s’est prononcée mardi 5 juin en faveur du texte issu des débats en séance. Pour ma part, réservé sur le contenu du texte et en particulier sur les gages sociaux apportés aux syndicats réformistes, je n’ai eu d’autre choix que de m’opposer au texte final.

Entre la mise en place d’une taxation punitive des exportations française d’acier sur le sol américain annoncée vendredi, l’annonce du retrait des Etats-Unis de l’accord sur le nucléaire iranien, ou encore, plus près de chez nous, une crise politique inédite en Italie, plusieurs événements sont récemment venus tendre les relations diplomatiques entre la France et son allié américain mais aussi obscurcir un peu plus les perspectives d’aboutissement d’un nouveau projet européen intégrateur, tel que voulu par Emmanuel Macron.

En vote solennel mardi 29 mai, le Sénat a approuvé par 389 voix contre 37 le projet de loi de programmation militaire (LPM) pour les années 2019-2025. Favorable dans les grandes lignes aux orientations qu’il prévoit, j’ai voté en faveur de ce texte au même titre que mes collègues du Groupe socialiste et républicain.