Je me suis exprimé lors du Congrès départemental de l’Union des Maires. Une manifestation importante car elle permet aux parlementaires, et aux représentants de l’Etat, d’entendre les interrogations et les propositions des maires. Cette année, elle revêtait un caractère particulier car était invité Jean-Michel Baylet, ministre de l’aménagement du territoire, de la ruralité et des collectivités territoriales.

En septembre 2014, les grands électeurs ont élu Claude Bérit-Débat et Bernard Cazeau et leurs suppléantes respectives, Annick Carot et Cécile Labarthe. Ils représentent au Sénat l’ensemble du département.

Retrouvez en quelques lignes des données économiques, démographiques, géographiques, historiques, administratives et politiques de la Dordogne.

 

 

 

 

 

Quelques chiffres et données administratives

 

Superficie: 9060 km², 3ème département français

Nombre d'habitants: 415 000 habitants

Densité de population: 43 habitants/km²

Altitude minimale: 8 mètres, Altitude maximale: 480 mètres

Préfecture : Périgueux

Sous préfectures : Bergerac, Sarlat et Nontron

Circonscriptions électorales

557 communes

50 cantons (voir cartes dans la rubrique « les cantons » )

4 circonscriptions pour la députation

2 sièges pour le Sénat

Département inclus dans la Région Aquitaine : 13 sièges au Conseil régional

 

  

 

Situation géographique

 

 

Le département de la Dordogne se situe dans le Sud- Ouest de la France, au sein de la Région Aquitaine. La rivière qui porte son nom le traverse dans sa partie méridionale. Il s'étend du bassin Aquitain en direction de la Gironde jusqu'au marge du massif central sur sa façade Est.

Périgueux, la ville préfecture, placée pratiquement au centre du département, se trouve approximativement à égale distance de Bordeaux, Limoges, Agen, et Brive. Ses départements limitrophes sont: Au Sud, le Lot et Garonne, au Sud Ouest, la Gironde, à l'Ouest la Charente Maritime, au Nord Ouest la Charente, au Nord Est, la Haute-Vienne, à l'Est, la Corrèze, au Sud-est le Lot.A égale distance du littoral de l'océan atlantique et du Massif central, le Périgord bénéficie d’un climat plutôt tempéré même si des accents plus continental se font jour régulièrement dans le Nord-Est. Le Nord-Ouest du département de la Dordogne délimite également, la frontière linguistique entre la langue d'Oil et la langue d'Oc, c'est à dire l'Occitan.     

 

 

                       Dordogne                  

 

 

 

                                                                                                                                                                                                                                                                              les quatre Périgords

 

Il est de coutume de diviser en quatre « régions » le département. On parle ainsi du Périgord Noir, du Périgord Pourpre, du Périgord Vert et enfin du Périgord Blanc.

Chacun de ces « Périgords » présente des caractéristiques propres.

 

Le Périgord noir

C’est la partie Sud-Est du département, autour du Sarladais et du Terrassonais. Son nom vient des forêts de chênes très sombres. Il s’agit d’un territoire rural situé entre les plaines d’Aquitaine et les premiers contreforts du Massif Central. IL est traversé par la rivière Dordogne et comprend de nombreux sites médiévaux et préhistoriques.

 

Le Périgord Pourpre

C’est le Bergeracois et ses vignobles renommés du Sud département. Cette région doit son nom à la couleur rouge que prennent les feuilles de vignes à l’automne. On y dénombre 1200 viticulteurs. Le Périgord Pourpre a comme capitale Bergerac et la vallée de la Dordogne impose son emprunte.

 

Le Périgord Blanc

Allant de Monpton à Savignac les Eglises, c’est le pays des plateaux de calcaires, d’où le nom de Périgord Blanc. Il est sillonné par les vallées de l’Isle et de l’Auvézère . Il comprend aussi la ville centre de Périgueux. A l’Est, on trouve les Causses et notamment les délicieuses truffes dans le secteur de Sorges.

 

Le Périgord Vert

Jules Vernes aurait qualifié le premier de cette manière cette région, située au Nord, vers le Limousin. Elle est verdoyante. L’agriculture et l’industrie du bois dominent. De nombreux cours d’eau la sillonnent: citons la Dronne, le Bandiat ou encore la Cole. Ses villes les plus importantes sont Nontron, Thiviers, Ribérac ou encore Brantôme.

 

 

 

 

agri2

 

 

 

 

La Dordogne, un département à dominante agricole

 

 

 

La Dordogne est riche en artisans. Elle possède aussi des entreprises à caractère industriel. La chaussure, par exemple, a animé l’économie de la vallée de l’Isle. L’agglomération périgourdine a vu grandir également des zones industrielles et marchandes. Une nouvelle sort de terre : il s’agit de cré@vallée.

Les villes de Bergerac, Nontron, Terrasson, Thiviers, Sarlat, Montpon constituent également des pôles d’activités économiques qui font vivre le territoire.

Enfin, Les ateliers SNCF situés sur les secteurs de Périgueux et de Coulounieix-Chamiers, appelés P.O ( vient de l'ancienne société de chemin de fer Paris Orléans) ont participé à l'essor de quartiers importants (le Toulon, Chamiers) sur les communes précitées et de l'ensemble de l'agglomération périgourdine. C'est encore un des premiers employeurs du département.

Mais c’est l’agriculture et ses débouchés sur l’agroalimentaire qui dominent notre territoire. Faisons un rapide tour d’horizon.

La Dordogne est une terre rurale dans laquelle l'agriculture a toujours joué un rôle déterminant. Ainsi, le Périgord vit-il naître les premiers comices agricoles de France, d’abord à Lanouaille puis à Excideuil au 19ème siècle, sous l'impulsion du Colonel Bugeaud.La présence d'un lycée agricole, sur la commune de Coulouniers-Chamiers, illustre le poids de l'agriculture même si comme ailleurs sur le territoire national, le nombre d'exploitants agricoles baissent.

De petites tailles en comparaison avec celles situées dans les grandes régions céréalières, les exploitations agricoles en Dordogne n'en sont pas moins devenues performantes.

La filière agro-alimentaire périgordine occupe les premiers rangs nationaux dans la production de foie gras de canard, de la truffe, de la châtaigne, de la prune, ou encore des veaux de boucheries.

La viticulture dans le Bergeracois est également présente et enracinée dans la culture et l'économie du département, tout comme la fraise ,plus récemment, sur le secteur de Vergt.

Par ailleurs, la production de céréales est notable dans le Ribéracois et la tabaculture fait partie du paysage du département.

La filière bois-papier joue également un rôle déterminant. Quatrième département le plus boisé de France, on compte un nombre important d'exploitations forestières, sur le secteur de Nontron. La fabrication de papier anime des bassins d’emploi avec par exemple les papeteries de Condat, dans le Terrassonnais.

Cette place importante du monde agricole permet le développement du tourisme Vert. Le Sarladais, les vallées de la Dordogne et de la Vézère en ont été les premiers bénéficiaires, aidés en cela par la présence de sites médiévaux ou préhistoriques remarquables.

 

 

 Lascaux painting

 

 

Un peu d’histoire (et de préhistoire)

 

La Dordogne : un haut lieu de la préhistoire

La Dordogne abrite de très nombreux sites préhistoriques sur l’ensemble de son territoire. Citons Lascaux et ses célèbres peintures rupestres mais aussi, le Moustier, la Micoque (les Eyzies) et l’abri Cro-magnon.

Ces nombreux sites témoignent d’une très ancienne présence humaine qui remonte à peu près 400 000 ans avant notre ère.

Le pôle international de la préhistoire met depuis plusieurs années maintenant ce patrimoine culturel et plus particulièrement les sites de la vallée de la Vézère.

 

Le temps des Pétrocores et de Vésunna

 

Dans l’Antiquité, le peuple gaulois des Pétrocores occupait le territoire de l’actuelle Dordogne. Ils virent venir s’installer les Romains fondèrent la ville gallo-romaine de Vésunna (Vésone) en l’an 16 à l’emplacement actuel du quartier de la cité administrative à Périgueux. Il s’agissait d’une ville importante dans le monde romain qui connut trois siècles de prospérité. La tour de Vésone est l’un des vestiges emblématique de la cité antique.

A la chute de l’empire romain, les habitants de Vésunna, effrayés par les invasions Barbares, construisirent des remparts, pour s’y réfugier à l’intérieur, avec les bâtisses, et même les stèles funéraires de leur propre cité.

 

Le Périgord au Moyen-Age

Le Périgord est marqué pendant cette période par la guerre de Cent ans. Nombre de seigneurs locaux se sont alliés aux Anglais. De nombreux châteaux sortent de terre à cette époque. Castelnaud, Beynac, Bourdeilles pour ne citer qu’eux. Les troubadours, porteurs de la langue occitane, s’illustrent : Citons en exemple, un de plus célèbre, Bertrand de Born.

 

La Renaissance en Périgord

Le Périgord à la Renaissance voit émerger deux grands écrivains humanistes, Montaigne et La Boëtie.

Néanmoins, la condition des paysans est rude, misérable. Le Périgord est la terre de Croquants. Plusieurs importantes Jacqueries, des révoltes paysannes, éclatent à la fin du 16ème siècle.

 

De la monarchie absolue à la Révolution

Le siècle des Lumières pénètre peu en Périgord et les conditions de vie ne s’améliorent pas. Notons l’arrivée de nombreuses familles protestantes suite à l’édit de Nantes.

1789 réveillera le Périgord. Les révoltes paysannes se multiplient. En 1790, les révolutionnaires créent les départements, dont celui de la Dordogne.

 

 

Du 19ème siècle à la Libération

 

La Dordogne du 19ème siècle est fortement rurale et ne sera gagnée par la révolution industrielle que tardivement. Néanmoins, l’arrivée des ateliers du P.O (compagnie ferrovière Paris-Orléans) en 1857 amène une culture cheminote et ouvrière  sur la ville de Périgueux.

Eugène Le Roy mettra parfaitement en relief les caractéristiques de la société du Périgord de cette époque à travers ses romans: Jacquou le Croquant , le Moulin du Frau, l’ennemi de la mort.

A l’instar du célèbre écrivain, la Dordogne devient une terre républicaine. Le radicalisme se développe. D’une manière générale, le département accouche de nombreux personnages politiques, comme la socialiste Suzanne Lacore, une des deux premières femmes a intégré en France un gouvernement, celui du Front populaire en 1936.

Pendant l’occupation nazie, la Dordogne se révéla être une terre de Résistance, fidèle à son histoire, emplie d’humanisme et de révoltes.