Désormais, grâce à l’amendement du sénateur Roland Courteau dont j’ai été le premier cosignataire, cette reconnaissance est devenue effective.

Le vinElle s’inscrit dans le projet de loi relatif à l’Agriculture, l’alimentation et la forêt.

En tout état de cause, je me félicite ainsi quela filière viticole soit protégée. Celle-ci était depuis longtemps attendue par tout un secteur économique et par tous les territoires qui participent à sa production, à l’instar du Bergeracois en Dordogne.

Enfin, cet amendement s’inscrit dans l’action que je mène depuis plusieurs années en faveur de la valorisation de nos territoires en général et de la Dordogne en particulier, à l’instar de mon engagement en faveur du foie gras, cet autre symbole de notre Périgord.