« Le vin, produit de la vigne et les terroirs viticoles font partie du  patrimoine culturel, gastronomique et paysager protégé de la France ». Ces mots sont une évidence pour chacun d’entre nous. Désormais, grâce à l’amendement du sénateur Roland Courteau dont Claude Bérit-Débat était le premier co-signataire, ils sont inscrits dans la loi. Samedi dernier en effet, le Sénat a adopté cet amendement dans le cadre de la discussion sur le projet de loi relatif à l’Agriculture, l’alimentation et la forêt.

Claude Bérit-Débat se félicite que le vin, qui fait partie intégrante de notre patrimoine et notre culture nationale, soit ainsi protégé. Cette reconnaissance nécessaire et cette garantie législative forte étaient depuis longtemps attendues par tout un secteur économique et par tous les territoires qui participent à sa production, à l’instar du Bergeracois en Dordogne. S’il défend une consommation raisonnée du vin, le sénateur entend ainsi participer à l’élaboration d’un cadre juridique qui tienne complètement compte de la réalité de ce produit qui incarne notre art de vivre aux yeux du monde entier. La prise en compte des spécificités culturelles, gastronomiques et paysagère du produit de la vigne constitue l’affirmation d’une identité forte à laquelle la Dordogne participe pleinement.

Il se félicite donc de l’adoption par le Sénat de cet amendement qui s’inscrit dans l’action que Claude Bérit-Débat mène depuis plusieurs années en faveur de la valorisation de nos territoires en général et de la Dordogne en particulier, à l’instar de son engagement en faveur du foie gras, cet autre symbole périgourdin.