Ce matin, le Premier ministre est resté fidèle à lui-même et à la logique jupitérienne d’Emmanuel Macron. Dans sa présentation de « l’acte II » du quinquennat devant le Sénat, Edouard Philippe semble ignorer les bouleversements qu’a connu notre pays depuis bientôt 8 mois.

Comme chacune et chacun d’entre nous, c’est avec émotion et sidération que j’ai assisté en direct hier soir à l’incendie de la cathédrale Notre Dame de Paris.