Mercredi 9 mars, je suis intervenu en séance publique pour défendre la Proposition de loi de ma collègue périgordine Brigitte Allain visant à favoriser l’ancrage local de l’alimentation. Hélas, une fois de plus, les postures politiciennes de la droite sénatoriale ont eu raison de l’ambition de ce texte et des propositions de compromis avancées par le Ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll, auxquelles je souscrivais pleinement.

Claude Bérit-Débat a rejoint le mardi 1er mars ses collègues élus de Dordogne sur le stand du Département de la Dordogne, au sein du Pavillon réservé à la nouvelle grande région Aquitaine. Étaient présents Colette Langlade députée, Germinal Peiro en qualité de Président du Conseil départemental de la Dordogne, Michel Lajugie, Didier Bazinet, conseillers départementaux.

Claude Bérit-Débat a posé une question écrite au gouvernement auprès de la secrétaire d'État, chargée du numérique sur les difficultés que peuvent rencontrer un nombre important d'ainés face aux démarches administratives ou aux recherches d'informations devant être accomplies désormais par voie informatique.

Jeudi 11 février, Claude Bérit-Débat a participé à la journée de travail organisée par le ministre Stéphane Le Foll sur la loi d’avenir pour l’agriculture. Ce point d’étape a permis de réaliser l’état des lieux sur cette loi importante en faveur du monde agricole et donc de la ruralité.

Le 3 février, j'ai présidé la séance publique portant sur la proposition de loi du Groupe socialiste et républicain du Sénat  visant à améliorer les possibilités de formation des élus locaux mais aussi et surtout  à rétablir les indemnités des présidents et vice-présidents des syndicats intercommunaux, indemnités malencontreusement supprimées lors de l’adoption de la loi NOTRe en Commission mixte paritaire. Je me félicite de son adoption à l'unanimité.