A la demande d’un certain nombre de maires de notre département, j’avais alerté cette semaine le rectorat que toute décision concernant la suppression de poste dans le cadre de carte scolaire 2020-2021 soit reportée.

Je précisais dans ce courrier que les échanges institutionnels entre les services de l’Education nationale, les maires et les représentants des enseignants ne pouvaient avoir lieu dans de bonnes conditions pour élaborer sereinement les cartes scolaires en raison de la crise sanitaire majeure que nous traversons et reporter leur élaboration était une question de bon sens.

Aujourd’hui, le ministre de l’Education nationale promet « qu’en ces circonstances exceptionnelles » il n’y aurait aucune fermeture de classes en milieu rural à l’école primaire sans l’accord des maires à la rentrée prochaine et a indiqué que « les ouvertures et fermetures de classes qui se prévoient en ce moment, nous les revoyons ».

Il s’agit d’un changement notable dont je me félicite. Toutefois, des éclaircissements sont encore à donner sur un éventuel report des réunions du Conseil départemental de l’Education nationale (CDEN) dont les conclusions aboutissent à l’élaboration des cartes scolaires. Aucun des acteurs du monde scolaire ne doit être mis sur la touche, notamment les représentants des enseignants ou des parents d’élèves.