Le 1er ministre a choisi de ne pas assister jeudi à la séance des questions d’actualité au Sénat.

Si cette décision résulte comme il se dit d’une mesure de rétorsion suite à la décision du bureau de Sénat de transmettre à la justice les conclusions de la commission d’enquête sur l’affaire Benalla, il s’agirait d’une attitude peu républicaine à l’égard des parlementaires que nous sommes et inédite dans notre V République. Contrairement à ce qui est martelé par le pouvoir en place, le Sénat joue son rôle, tout son rôle, de contrôle donné par la Constitution aux deux chambres.