A l’initiative des groupes parlementaires socialistes du Sénat et de l’Assemblée nationale, une tribune co-signée par 250 élus nationaux et locaux a été publiée dimanche dans le Parisien, dont j’ai souhaité être signataire.

Nous y développons les arguments que nous soutenons de longue date pour nous opposer à la privatisation de la société de gestion des Aéroports de Paris : remise en cause des intérêts stratégiques de notre pays, vente d’un capital rentable qui génère des revenus conséquents, mise en péril du leadership de notre compagnie aérienne nationale. Cette décision serait une erreur désastreuse d’appréciation de la part du Gouvernement qui devrait tirer les leçons des erreurs enregistrées par le passé.
Aussi, lors du nouvel examen de la loi PACTE cette semaine à l’Assemblée nationale, nous demandons à la majorité parlementaire d’y renoncer, et je demande à titre personnel aux députés de la Dordogne d’adopter une position de bon sens en s’opposant à cette vente.