Au cours de l’examen en Commission des finances au Sénat du rapport budgétaire de la mission « anciens combattants », les sénateurs du groupe socialiste et républicain, auxquels Claude Bérit-débat s’associe, ont exprimé leur opposition et leur refus de voter en l’état les crédits alloués.

En particulier, ils ont appelé l’attention de la ministre des Armées sur l’absence de revalorisation significative des prestations, notamment la pension militaire d’invalidité ou la retraite du combattant, contrairement aux budgets 2016 et 2017 votés sous la majorité précédente.

 Face aux pertes de pouvoir d’achat antérieures, qui n’ont pu être totalement compensées par les revalorisations déjà consenties, Claude Bérit-Débat appelle à un effort nécessaire du Gouvernement.

 Avec une croissance future estimée à 1,8 % et compte tenu de la baisse régulière du nombre de bénéficiaires, le Gouvernement doit poursuivre l’amélioration sensible des prestations initiée par ses prédécesseurs, au nom de la solidarité due par la nation envers ses anciens combattants.