La filière du foie gras est repartie après avoir subi l’impact de l’épidémie de grippe aviaire qui avait touché notre département et le grand sud-ouest de la France, il y a maintenant un an. Le gouvernement s’était engagé à soutenir les professionnels tout en  décidant la mise en place nécessaire d’un vide sanitaire.

Je me félicite que le gouvernement est largement tenu ses engagements. Mieux, aujourd’hui, il renforce son aide.

En effet, après le versement de la première avance à hauteur de 50% des pertes estimées à destination des éleveurs de palmipèdes ayant subi les impacts du vide sanitaire pour un montant de 32 millions d’euros (13.000 € par dossier en moyenne par éleveur de palmipèdes, 24000 dossiers payés), l’Etat a décidé le versement d’une nouvelle avance complémentaire à hauteur de 20%. Les éleveurs ayant déjà perçu la première avance n’ont aucune démarche à effectuer pour recevoir la seconde.   Cette deuxième avance sera versée d’ici la fin novembre, et représentera un montant de 13 millions d’euros au total.