Jeudi 10 octobre, au congrès départemental des maires de la Dordogne, j'ai apporté des précisions sur le projet de loi relatif à l'engagement dans la vie locale actuellement examiné au Sénat, et qui sera modifié d'ici le vote prévu le 22 octobre.

Ce texte, qui intervient par hasard à quelques mois des élections municipales, répond à des attentes des maires ruraux mais faisons attention aux conséquences de certaines mesures, comme le retour en arrière opéré sur le transfert obligatoire de la compétence eau et assainissement. De plus, permettre aux intercommunalités de revenir sur les périmètres issus des fusions ou extensions peut être souhaitable mais à la condition de fixer un seuil minimum de communes qui pourrait être de 40. D'autres propositions vont dans le bon sens en matière de formation des élus locaux, de prise en charge des frais de garde d'enfants des élus, d'assurance responsabilité. Le Sénat a également amélioré certains points comme l'obligation du pacte de gouvernance dans les EPCI et celle du conseil des maires. En revanche, je regrette que la parité soit absente de ce texte. J'ai également donné mon sentiment sur l'augmentation des indemnités.