Ce lundi 11 mars, je suis allé à la rencontre des acteurs économiques et des élus du sud du Bergeracois.

Accompagné du maire d’Issigeac, Jean-Claude Castagner, je me suis tout d’abord rendu sur la commune de Saint Aubin de Cadelech chez Muriel Landat Pradeaux, cogérante du domaine viticole de Siorac, aux côtés de son père Jean-Paul Landat ; cette propriété viticole, entreprise familiale depuis sept générations, produit tous les types de vin présents en Bergerac (rouge, rosé, blanc et moelleux) ainsi que du verjus et du jus de raisin. Elle organise également des journées pédagogiques dédiées à la découverte de la viticulture et des soirées culturelles répondant ainsi à l’activité touristique qui se développe de plus en plus. L’exploitation a entamé sa conversion en production bio depuis deux ans et le domaine est certifié « Haute Valeur Environnementale ». Elle effectue une grande part de son activité de commercialisation par le biais de la vente directe. Puis, j’ai rencontré les gérants de l’entreprise CCM Comte Audiberti spécialisée dans la couverture/charpente et la menuiserie aussi bien en intérieur qu’en extérieur. Il s’agit également d’une entreprise familiale (depuis trois générations) qui fait partie du réseau professionnel «Terre de fenêtre» et emploie aujourd’hui près de 25 salariés. La clientèle est essentiellement composée de particulier dont 38% sont d’origine britannique. Parmi les problématiques abordées, nous avons échangé sur la question du recrutement qui demeure difficile sur certains postes qualifiés ou très techniques, malgré une meilleure valorisation de l’apprentissage, mais aussi du contexte difficile que connait le monde rural avec des problématiques de désertification médicale, d’accès au logement, à la mobilité ou encore d’accès à l’école ; autant de facteur qui peuvent pénaliser l’attractivité d’un territoire comme le nôtre. Enfin, dans la soirée j’ai organisé une rencontre avec les élus. J’y ai exposé les grandes lignes de mon actualité parlementaire et de mes actions, tournées principalement vers le soutien à l’agriculture, à la présence des services publics et de la mobilité dans les territoires ruraux. Je suis revenu également sur l’actualité politique du moment avec le mouvement social des gilets jaunes et la réponse politique attendue avec le grand débat national. Dans ce contexte, j’ai fait part de ma crainte de voir tirées de ce débat des conclusions inadaptées aux attentes des Français et aux problèmes rencontrés au quotidien, en redoutant également que le gouvernement se borne à répondre par des mesures institutionnelles (diminution du nombre de parlementaires par exemple) à des sujets de justice fiscale et sociale pour lesquels aucune réponse n’a été donnée à ce jour. Je n’ai pas oublié également, bien entendu, la question de la protection de l’environnement en insistant sur la nécessité de réussir urgemment la transition écologique face aux conséquences désormais visibles du changement climatique.