J'ai interrogé mardi 27 novembre au nom du groupe socialiste et républicain du Sénat le Ministre de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin, lors des questions d’actualité.

 

Ce mardi matin le Président de la République a annoncé dans son discours que la fiscalité du carburant s’adaptera aux fluctuations des prix. C’était l’objet même d’un amendement des sénateurs socialistes auquel le Gouvernement a donné un avis défavorable hier et que la majorité sénatoriale a rejeté. Je me suis réjouis que nos arguments aient infusé dans la nuit pour convaincre le Président.

Si cette TICPE flottante à venir, peu importe comme elle sera appelée, répond à une partie de la colère actuelle, elle ne répond à la question fondamentale : qui doit financer la transition écologique ? Sur quelle base doit s’assoir ce financement indispensable ? Pour le gouvernement, sur l’ensemble des Français, à l’aveugle via les taxes carbones ou la TVA, qu’ils soient riches ou pauvres. J'ai proposé au nom du groupe socialiste  au contraire que ce financement repose d’abord sur ceux qui peuvent contribuer davantage, en rétablissant l’ISF et en augmentant la Flat Tax.

Pour moi et mes collègues socialistes, la transition écologique ne pourra pas se faire sans justice sociale, sans justice fiscale.