J’ai rencontré à Dussac ce lundi 5 novembre plusieurs représentants des filières arboricoles, viticoles et de la fraisiculture confrontés à la suppression programmée du CICE et du TO-DE. Ce dispositif permet un allégement de charge pour l’emploi des salariés saisonniers. Ils ont souhaité que j’intervienne au Sénat pour améliorer sensiblement le dispositif voté à l’Assemblée nationale en jouant à la fois sur l’assiette et le taux du TO-DE. Je leur ai assuré à nouveau de mon soutien pour que leurs revendications aboutissent en sachant que le dernier mot appartient à l’Assemblée nationale.