Vendredi après-midi, j’ai participé à la réunion thématique portant sur « La mobilité en territoire peu dense : comment mieux répondre aux besoins et aux attentes de la population ? », organisée par la préfecture à Saint-Astier.

Les enjeux de mobilité sont forts dans nos départements ruraux où se déplacer est une nécessité pour se former, travailler, se soigner, avoir accès aux activités sportives et culturelles... Sans voiture, certaines personnes, notamment parmi les jeunes et les personnes âgées, peuvent être empêchées de se déplacer comme elles le souhaiteraient, il est donc important de leur proposer des solutions adaptées. Ces solutions doivent être élaborées, ou planifiées dans des démarches de co-construction entre l’ensemble des partenaires sociaux, économiques, institutionnels et les usagers.

Plusieurs retours d’expérience ont été présentés :

  • La plateforme mobilité Mover du Périgord Vert, portée par 6 communautés de communes, pilotée par le Pays Périgord Vert et animée par AFAC 24. Mise en place il y a 9 mois, elle informe le public, via une plateforme numérique. Elle accompagne les usagers qui rencontrent des difficultés matérielles ou qui ont des freins psychologiques dans des parcours mobilité. Enfin elle travaille avec les collectivités et les acteurs à faire émerger de nouvelles solutions de mobilité sur les territoires.

  • Le Pays Vallée de l’Isle qui a mis en place une prime à l’achat de vélos électriques dans le cadre du dispositif de Territoire à Energie Positive Pour la Croissance Verte (TEPCV), pour faciliter les courtes distances et l’intermodalité avec les gares notamment

  • L’association AGIR abcd de Dordogne, composée de bénévoles retraités. Depuis cette année, ils proposent le service CAR 24, qui met en relation des personnes âgées qui en conduisent plus mais qui disposent toujours de leur véhicule avec des chauffeurs, qui sont testés par l’association.

  • La société coopérative d’intérêt collectif Rézo Pouce qui a mis en place un système d’autostop au quotidien pour des déplacements courts en zones peu denses, avec l’utilisation d’une application.

Au niveau national, la présentation de la loi d’orientation des mobilités est attendue pour cet automne. Elle devrait donner davantage de compétences aux collectivités locales qui seraient les autorités compétentes pour l’organisation des mobilités. Vendredi, j’ai fait part aux participants de ma vigilance sur les moyens financiers qui seraient donnés aux collectivités dans cette perspective, et aussi sur l’équilibre qu’il faudra garantir entre le milieu urbain et le milieu rural.