Suite à l’article diffusé cette semaine dans le journal Sud-Ouest concernant la suppression de la réserve parlementaire, je tiens à apporter quelques éléments de réflexion sur le sujet. Inutilité, opacité, clientélisme, on aura tout entendu sur ce dispositif, pourtant rendu entièrement transparent de par la loi et publié à l’intention des citoyens depuis 2013.

 

Pour ma part, je revendique pleinement l’objectif que je m’étais fixé depuis 2009 dans le cadre de la réserve parlementaire : soutenir les demandes qui m’étaient faites dans les délais impartis quelques soit l’étiquette politique des maires.

Pourquoi ? Parce que dans les faits, il permettait surtout aux petites communes, quel que soit leur appartenance politique de finaliser des investissements, souvent modestes, qu’elles n’auraient pas pu financer par elles-mêmes.

Notons que le gouvernement actuel  qui avait supprimé cette réserve  s’était engagé à redistribuer son montant total aux communes et intercommunalités par d’autres mécanismes or je note aujourd’hui que le compte n’y est pas.