Le sénateur a repris lundi 5 mars son quatrième tour des cantons du département et s’est rendu sur le territoire de la communauté de commune du Périgord Vert Nontronnais aux côtés de sa suppléante Annick Carot, des conseillers départementaux Juliette Nevers et Pascal Bourdeau et du Président de la communauté de commune Marcel Restoin.

 Sur le terrain

Il a visité dans l’après-midi deux entreprises représentatives du savoir-faire du Périgord Vert. Tout d’abord, il a rencontré le directeur de l’entreprise Chèvrefeuille, spécialisé dans la production de fromages de chèvre dont notamment le Cabécou mais aussi une gamme de fromages bio.

Créée en 1982, et appartenant au groupe Reny Picot, l’entreprise est restée familiale et artisanale avec un savoir-faire spécifique malgré un rayonnement désormais international. Le choix de l’entreprise s’inscrit également dans la proximité puisqu’elle travaille avec des producteurs de lait locaux (situés dans un rayon de 50 km autour du site) et emploie essentiellement des salariés du bassin économique de Nontron. Elle emploie actuellement 36 personnes, travaille avec 10 éleveurs de chèvre et compte agrandir sa surface dans les prochaines années pour accroitre sa production.

Puis, il s’est rendu, toujours à Nontron, sur le site de l’entreprise CWD du groupe Lim où il a été accueilli par le président Laurent Duray. Ce groupe s’est spécialisé dans la confection de selles d’équitation en cuir et est désormais mondialement reconnu pour l’excellence de ses produits.

La spécificité de l’entreprise en fait sa force : sa maîtrise de l’ensemble de la chaîne de production, depuis l’idée et le concept du produit jusqu’à sa livraison et son service après-vente. Ainsi, la production est réalisée sur mesure et intègre des concepts tout à fait innovants. Le dernier à avoir vu le jour est la confection de la première selle connectée au monde. Aujourd’hui, le groupe compte 546 salariés, 113 commerciaux et se lance également dans la production de gants pour les cavaliers.

La réussite de cette entreprise dynamique est un modèle du genre. Sa présence est très bénéfique pour le Nord de la Dordogne mais aussi plus particulièrement pour les exploitants éleveurs de bovins qui alimentent la filière cuir périgordine en approvisionnant l’entreprise.

A la rencontre des élus

Après ces deux visites, le sénateur a organisé en soirée une réunion avec les grands élus de la communauté de commune du Périgord Vert Nontronnais, réunion au cours de laquelle il a fait le point sur son actualité parlementaire.

Il est revenu tout d’abord sur les nouvelles fonctions qu’il occupe au Sénat après avoir été Vice-Président de la Chambre Haute pendant trois ans. Grâce à sa désignation comme chef de file du groupe socialiste au sein de la commission développement durable, il a indiqué vouloir désormais concentrer son activité sur l’économie, l’environnement et le secteur agricole en travaillant notamment au développement de la méthanisation. A ce propos, le sénateur a annoncé  qu’il avait produit une contribution sur ce sujet, espérant que l’agriculture sur notre département puisse bénéficier du développement de cette technique.

Puis, il a abordé le nouveau contexte politique qui découle des élections de 2017 et son action au Sénat qu’il souhaite continuer à inscrire dans le cadre d’une opposition franche mais constructive, vis-à-vis du gouvernement.

Ainsi, il explicité avoir par exemple soutenu la loi Hulot visant à interdire l’exploration et l’exploitation des hydrocarbures car elle s’inscrit dans la continuité des objectifs de la politique de François Hollande en matière de protection de l’environnement. Et ce d’autant que notre département était situé au croisement de trois projets de permis d’extraction de gaz de schistes.

Par contre, il a rappelé aux élus présents son opposition radicale aux choix du gouvernement en matière de logement social, qu’il s’agisse de la baisse des APL ou de la baisse des moyens donnés aux bailleurs sociaux.

Il a exprimé également ses réserves sur le futur projet de loi visant à réduire le nombre de parlementaire : une mesure qu’il juge risquée car elle conduirait à un affaiblissement de la représentation des territoires ruraux tout en nuisant à la proximité entre la représentation nationale et les citoyens. Le sénateur a, par ailleurs, rappelé son attachement au bicamérisme, dans lequel le Sénat joue un rôle central.

Puis, il a abordé deux sujets d’actualité, le rapport Spinetta sur la SNCF et le développement du très haut débit avec l’accès à la fibre. Il a salué à ce sujet l’engagement du Conseil départemental de la Dordogne, et notamment de son président, dans le désenclavement numérique du Périgord. Il s’est également dit vouloir rester vigilant à ce que l’objectif de très haut débit ne soit pas délaissé au profit d’un « bon débit » qui pourrait être insuffisant.

S’agissant du rapport Spinetta, il a fait part de son incompréhension à l’égard des propositions de suppressions des petites lignes rurales les moins rentables, car la Dordogne serait alors fortement impactée. Dans la perspective de la réforme ferroviaire, il estime que les mesures mises en œuvre ne devront pas nuire à la qualité du service public rendu par la SNCF aux usagers.

Enfin après avoir répondu aux questions de la salle qui a réagi sur ces deux sujets, il a conclu en félicitant les élus pour leur engagement local, en insistant sur leur rôle déterminant dans le développement du territoire.

La soirée s’est achevée par un buffet convivial offert par le Sénateur autour du verre de l’amitié.