Hier en tant que parlementaire de la Dordogne, le ministère de l’environnement m’a contacté pour me confirmer qu’il n’interviendrait pas de manière négative sur le dossier de la déviation de Beynac. Un élément supplémentaire qui je l’espère va dans le sens d’un aboutissement positif sur ce dossier et je m’en félicite.

Engagé il y a trois décennies par le Conseil général, il est défendu depuis 2015 par Germinal Peiro en cohérence avec les engagements pris dans le passé mais aussi avec conviction et détermination.

Je souhaite vivement que ce projet qui a franchi toutes les étapes administratives puisse enfin se réaliser.