J’ai participé à cette manifestation aux côtés de Madame la Préfète de la Dordogne, de la Sous-Préfète de Bergerac, de Germinal Peiro, Président du Conseil départemental, du sénateur Bernard Cazeau, du député Michel Delpon, de Christophe Cathus, conseiller régional, de la Conseillère départementale Sylvie Chevallier, du maire, Alain Legal, du Directeur de la société Urbasol, et du Président de la communauté de commune Jérôme Bétaille.

De nombreux autres élus étaient également présents soulignant ainsi le caractère important de cette inauguration pour la Dordogne puisqu’il s’agit de la première centrale photovoltaïque sur notre département.

D’ailleurs, tous les intervenants ont salué cette initiative résultant de la volonté du maire de s’inscrire dans une politique active de développement durable puisque non seulement il s’agit de produire de l’électricité avec une énergie renouvelable mais aussi de revaloriser un site, devenu au fil du temps une friche polluée fortement par du plomb, de la ferraille et des pneus.

A noter également que la société Urbasol qui a mis en œuvre le projet est une société française utilisant des panneaux photovoltaïques fabriqués en France.

Pour ma part, j’ai insisté sur le fait que le projet s’inscrit parfaitement dans le cadre de la loi relative à la transition énergétique et à la croissance verte pour laquelle j’étais intervenu au Sénat sur plusieurs points. J’ai tenu également à relever que cette opération avait pu se finaliser grâce à l’excellence du projet mais aussi au talent de pédagogie du maire de la commune qui a permis une réalisation sans opposition ni controverse, cela en faveur de l’environnement.

Enfin, sollicité en 2015 sur ce dossier par mon ami Alain Legal et le directeur de la société Urbasol, je me suis félicité que, à mon niveau, mes interventions auprès du Préfet de Région et de Ségolène Royal, alors ministre de l’environnement, aient pleinement abouties.

En conclusion, j’ai salué l’annonce du gouvernement d’interdire la production d’énergie fossile tel que les gaz de schistes, une annonce qui s’inscrit dans la continuité du précédent quinquennat qui souhaitait favoriser les énergies renouvelables en respectant un mixte énergétique fixée dans la loi.