• b-cbd-11c.png

Vendredi 31 janvier, le Conseil d’Etat suspendait plusieurs dispositions de la « circulaire Castaner » sur l’attribution des nuances politiques aux élections municipales et intercommunales des 15 et 22 mars prochains.

Lundi, le ministre de l’Intérieur a adressé une nouvelle circulaire aux préfets. Bonne nouvelle car, comme je l’évoquais dans une de mes précédentes publications, la première version visait à faire disparaître l’étiquetage politique des candidats et candidates aux élections municipales dans les communes de moins de 9 000 habitants. Magouille qui aurait permis à la République en Marche de camoufler une défaite potentielle.

La nouvelle circulaire fixe désormais le seuil à 3 500 habitants. Au-delà, les préfets attribueront des étiquettes politiques aux listes candidates.

Je me félicite d’avoir contribué à ce nouveau rétropédalage du gouvernement qui illustre son amateurisme. Amateurisme qui ne cesse de se faire sentir ces dernières semaines. Retoquage de la réforme des retraites, négation du droit au blasphème par la Garde des Sceaux, problèmes dans la mise en œuvre des E3C ou encore couac monumental entre Exécutif et majorité parlementaire sur la question du deuil parental… ces exemples en sont la preuve !