• b-cbd-11c.png

Les ministres se succèdent en Dordogne pour venir colorier leurs pages de cahier de vacances. Quand viendront-ils pour apporter des solutions aux dossiers qui préoccupent les Périgordins en particulier en matière d'économie et d'emploi?

 
 Lettre au Président de la République de Germinal Peiro, Président du Conseil départemental de la Dordgne et des conseillers départementaux et des conseillers départementaux: Francine Bourra, Dominique Bousquet, Régine Anglard et Michel Lajugie adressée au Président de la République

 

Monsieur le Président de la République,

Nous avons l’honneur d’attirer votre attention sur l’avenir des Papeteries de CONDAT en Dordogne, qui emploie aujourd’hui près de 600 employés, sans compter le personnel des nombreuses entreprises sous-traitantes.

CONDAT s’attache à développer un projet de diversification de son outil industriel qui reste performant malgré un coût de l’énergie prohibitif en comparaison de ceux pratiqués dans d’autres pays de l’Union Européenne. La baisse du coût de l’énergie est une condition de la réalisation de ce projet, seule alternative à la fermeture du site à court terme. Les différentes solutions envisagées successivement depuis 2015 n’ont malheureusement pu aboutir.

L’entreprise a sollicité en 2018 auprès du gouvernement une aide individuelle à l’énergie afin de mettre en place une production alternative au papier couché graphique.

Ces derniers mois, vos collaborateurs, en lien étroit avec les services des différents ministères concernés, se sont engagés à mettre en œuvre une aide ponctuelle de 35 millions d’euros sur trois ans le temps de préparer une transition énergétique de long terme et son accompagnement. Début 2019, une issue positive était ainsi attendue, incitant à l’optimisme quant à la mise en œuvre du projet industriel de CONDAT.

La lettre d’appréciation adressée le 4 juillet dernier aux autorités françaises par la DG Concurrence, quoique préliminaire et provisoire, conclut de manière tout à fait défavorable à l’attribution de l’aide.

L’inquiétude n’a jamais été aussi grande qu’aujourd’hui quant à la pérennité du site, dont le retour à la profitabilité se trouve clairement conditionnée à la réalisation de son projet de reconversion industriel et à la baisse du coût de l’énergie dès 2019.

Il paraît évident que Condat sera sacrifiée par LECTA qui est très endettée ou par tout repreneur.

Dans ce nouveau contexte, ni les employés, ni les élus locaux ne connaissent les intentions du gouvernement, ni celle de CVC Capital Partners, société détentrice du groupe LECTA, lui-même propriétaire de CONDAT. Il semble néanmoins évident que le mandatement de l’aide promise par vos deux Secrétaires d’Etat à l’Ecologie et à l’Industrie par un courrier du 7 décembre 2018 permettrait le lancement du projet industriel, assurant l’avenir du site. Comptant sur votre intervention personnelle pour faire enfin converger les efforts de concrétisation des promesses de l’entreprise et de votre gouvernement dans ce dossier, Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de notre plus parfaite considération