• b-cbd-11c.png

Chaque année, je veille à être présent au Monument aux Morts de Chancelade et au Mémorial de Coursac lors de la journée nationale du souvenir et de recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc.

Je rappelle que cette journée est issue d’une loi votée en décembre 2012 sous le quinquennat de François Hollande et qu’elle marque une avancée importante dans la reconnaissance d’une guerre que beaucoup se refusaient à désigner ainsi et qui pourtant a fait de nombreuses victimes civiles et militaires. Or aujourd’hui, je n’ai pas pu participer à ces cérémonies devant siéger au Sénat de manière impérative en tant que coordinateur pour le groupe des sénateurs socialistes du projet de loi « Mobilité ». Aussi, j’ai une pensée toute particulière pour les anciens combattants et leurs familles et toutes les victimes civiles et militaires de ce conflit.