• b-cbd-11c.png

Comme prévu, la nouvelle lecture du projet de loi pour l'équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire effectuée mardi au Sénat, suite à l’échec de la commission mixte paritaire fin juillet, aura tourné court.

Unanimement salué, le lancement des États généraux de l’alimentation en juillet 2017, avait suscité des attentes fortes. Mais, après les grands discours, il ne reste pas grand-chose de ces travaux, et encore moins des propositions que j’avais portées aux côtés de mes collègues au Sénat.

L’absence totale d’ambition du texte mais aussi et surtout, la fausse promesse d’une hausse de revenu faite aux agriculteurs alors qu’aucune mesure ne s’y attèle réellement m’a conduit à voter pour la Question préalable déposée par la Commission des affaires économiques.

Cette parodie d’examen législatif, marquée par un calendrier indigne de travaux parlementaires et un débat escamoté par le Gouvernement atteste encore une fois de la vision étriquée de l’exécutif à l’égard du bicamérisme.

Refus que les indicateurs de construction des prix soient validés ou proposés par un organisme public, ou, en cas d’échec, décidés par les interprofessions agricoles, refus d’inscription de l’interdiction du glyphosate dans la loi, rejet des propositions socialistes pour une politique alimentaire plus ambitieuse et surtout rejet de la création d’un fonds d’indemnisation pour les victimes des produits phytosanitaires, issu de la proposition de loi de ma collègue socialiste Nicole Bonnefoy... les reculs sont innombrables en comparaison des trop rares avancées.

Quoi qu’il en soit, ce résultat renforce ma mobilisation à continuer à me mobiliser pour les revenus et la santé de nos agriculteurs. Ce combat je le mènerai dès l’examen du projet de loi de finances pour 2019 en proposant, notamment, de revenir sur la suppression du dispositif d’exonération fiscale TODE (travailleurs occasionnels- demandeurs d’emploi), qui va pénaliser notamment les filières viticoles, arboricoles et maraichères, très présentes dans notre département.