• b-cbd-11c.png

Le premier tour de notre primaire a livré son verdict, actant la qualification pour le second tour de Manuel Valls. Face au scepticisme de ceux qui croyaient la partie perdue d’avance, nous nous réjouissons de ce résultat et le mesurons à sa juste valeur, conscients du chemin parcouru mais aussi de l’enjeu qui se dresse devant nous avant le second tour.

En Dordogne, 34 % des 12 266 votants à la primaire de la Belle Alliance Populaire ont fait le choix de Manuel Valls lors du premier tour de dimanche dernier, nous tenons, tout particulièrement, à saluer leur vote mais aussi à les remercier pour leur engagement à nos côtés.

Ce choix, notre choix, est celui d’une gauche qui assume ses responsabilités, qui ne concoure pas pour exister mais pour proposer un projet crédible de transformation de la société susceptible de remporter l’adhésion de tous nos concitoyens en mai prochain. Premier Ministre de la France durant une des périodes les plus difficiles qu’ait eu à affronter notre pays, Manuel Valls a démontré qu’il possédait toutes les qualités d’un homme d’État. Alors que le monde traverse une période de troubles, cette expérience est, pour nous, un gage indéniable de confiance, un facteur de choix déterminant.

Ancien chef du Gouvernement, Manuel Valls assume le bilan du quinquennat comme il assume, depuis le début, ses convictions d’une gauche forte et réformiste. Caricaturé de toutes parts, le bilan du Gouvernement est pourtant, rappelons-le à nouveau, celui de la réduction des déficits, du triplement de l’investissement industriel et du recul du chômage avec 120 000 chômeurs de moins en 2016. Il est aussi celui de la lutte contre les inégalités avec la généralisation du tiers payant, le compte personnalisé d’activité, le prélèvement de l’impôt à la source et 6 milliards d’euros d’allègements de la fiscalité. Pour la jeunesse, ce bilan, c’est la création de 60 000 postes dans l’Éducation Nationale, l’instauration de la garantie jeune, la construction de 40 000 logements pour les étudiants et 500 millions d’euros de bourses supplémentaires.

Ce bilan, c’est enfin le mariage pour tous, la COP21 et la voix de la France à nouveau entendue et respectée sur la scène internationale.

De fait, s’il est vrai que tout n’a pas été parfait, beaucoup a été accompli. A travers son action, Manuel Valls a démontré qu’il portait l’idée d’une Gauche progressiste et ambitieuse, tournée vers le futur mais fière de son héritage.

Loin des incantations stériles et des promesses intenables, Manuel Valls préfère l’action efficace et juste dont notre pays a besoin.

Ses propositions progressistes pour une République Forte et une France Juste sont de nature à poursuivre le redressement de notre pays : revalorisation des petites retraites et des retraites agricoles, création d’un millier de postes de policiers et de gendarmes chaque année, création d’un revenu décent sous la forme d’une allocation unique et sous conditions de ressources, pour chaque personne de plus de 18 ans, augmentation de la prime d’activité, refondation sociale et démocratique de l’Europe, poursuite d’une politique éducative et universitaire ambitieuse, alignement des droits des indépendants, artisans et entrepreneurs, sur ceux des salariés, intensification de la lutte contre les déserts médicaux, suppression du numerus clausus à l’entrée des études médicales, limitation à trois du nombre de mandats successifs et non-cumul des fonctions, renouvellement du pacte laïque, faire de la France un leader européen en matière d’énergies renouvelables…

Cette primaire est, désormais, plus ouverte que jamais. Après un premier tour de sélection, vient le temps du choix, clair et définitif, entre une Gauche crédible et une Gauche utopiste.

Pour le second tour des Primaires Citoyennes de dimanche prochain, Manuel Valls est le seul candidat à même de porter un programme de gauche réaliste et permettant de remporter l’élection présidentielle.

 

Il a toute notre confiance.
Claude BÉRIT-DEBAT, Pascal DEGUILHEM,Germinal PEIRO