• b-cbd-11c.png

Accompagné de Maître Lamazière, le bâtonnier de l’ordre des avocats de Périgueux Eric Barrateau m’a fait part de ses inquiétudes relatives aux principaux axes de la réforme « chantiers de la justice » : fusion des tribunaux d’instance au sein des tribunaux de grandes instances, éloignement entre citoyen et service public judiciaire notamment en milieu rural.

A l’initiative de notre sénateur Claude Bérit-Débat, un débat sur la PMA s’est déroulé lundi 9 avril au centre socioculturel de Chancelade en présence de nombreux citoyens venus écouter experts, médecins et juristes sur cette question sensible. Une belle réussite pour cet événement qui marquait aussi le lancement par le Sénateur d’une nouvelle forme de rencontre appelant les citoyens à s’exprimer au cours de débats trimestriels.

 

Ce vendredi 6 avril, j’ai co-animé avec Bernard Bioulac, Président de l’Espace de Réflexion Ethique de Nouvelle Aquitaine une conférence de presse dans le but de présenter la soirée-débat qui se déroulera le lundi 9 avril au centre socioculturel de Chancelade sur le thème : La PMA pour tous ?

La loi sur la bioéthique votée le 7 juillet 2011 prévoit qu’elle doit faire l’objet d’une révision par le Parlement dans un délai de sept ans. Cette révision doit être précédée, d’un débat public sous forme d’Etats généraux présidés par le Comité Consultatif National d’Ethique. Ces Etat généraux se déroulent depuis le 18 janvier dernier et c’est dans ce cadre que j’ai le plaisir d’inviter les citoyens à cette soirée-débat animée par l’espace de réflexion  éthique de la Nouvelle Aquitaine, présidée par Bernard Bioulac sur le thème :« LA PMA POUR TOUS ?» lundi 9 avril 2018 à 18H au centre socioculturel de Chancelade.

Depuis plusieurs mois, les mobilisations se succèdent dans notre pays : infirmiers, personnels hospitaliers, personnels pénitenciers, juges, avocats, personnels des EHPADS, retraités, étudiants, enseignants, fonctionnaires ainsi que dernièrement, cheminots. Ces mouvements ont mobilisé nombre de nos concitoyens inquiets des réformes menées au pas de charge par l’exécutif et soucieux de la préservation des services public. Je m’associe pleinement à leur inquiétude, légitime au regard des enjeux en question.